Revue de lecture : Jean-François Porchez, l’excellence typographique

En bon amateur d’ouvrages traitant de typographie, la monographie de Jean-François Porchez parue dans la collection Atelier Perrousseaux en est un que j’attendais avec impatience, et que j’ai dévoré en très peu de temps. Voici donc une bonne occasion pour vous présenter succintement ce nouvel ouvrage, et vous donner mon avis par la même occasion.

Si vous ne vous intéressez pas à la typographie, il est possible que vous n’ayez jamais entendu parler de Jean-François Porchez. Il est pourtant fort probable que vous ayez déjà croisé certaines de ses créations. Pour n’en citer que quelques-unes : l’identité typographique actuelle du Métro Parisien, le caractère du journal le Monde, ou encore des logos de marques comme La Poste, Louis Vuitton, la Macif etc… Il suffit d’aller visiter la page du portfolio de son studio ZeCraft pour se rendre compte de la renommée de ses clients.

La création est une passion qui dépasse tout, elle forge, elle contrôle tout être, qui ne pourra pas vivre sans elle.

Il était donc assez logique de voir un ouvrage présentant la carrière professionnelle de ce dessinateur de caractères français dont le nom rayonne à l’international, aux créations primées à de multiples reprises.

L’ouvrage propose un contenu bilingue Français-Anglais, imprimé en couleur, le tout organisé en 4 sections.

Monographie - Jean Francois Porchez l'excellence typographique

Page de couverture du livre

La première partie « Apprendre à apprendre » nous renseigne sur le passé de l’homme. On y découvrira le contexte familiale dans lequel il a grandit, son adolescence et ses débuts professionnels. On y apprendra par exemple que Jean-François a fréquenté une école Montessori (et oui encore un !) et on découvrira une adolescence mouvementée, en immersion dans la culture mods des 60’s, à grand renfort de soul music et de vespas customisés. Une contre culture qui influencera, sans doute par la suite, sa carrière professionnelle. C’est également dans cette première section que nous en apprenons plus sur la naissance des premiers caractères qui feront la renommée de Typofonderie, sa fonderie numérique indépendante.

Pour chaque nouveau projet, comme si notre vie était en jeu, il faut savoir prendre des risques, y compris face à son client et à l’enjeu qui est ainsi posé

L’extrait ci-dessous est assez intéressant puisqu’il illustre une belle prise de risque professionnelle pour faire accepter le Parisine, qui deviendra par la suite, la nouvelle signalétique du metro parisien en 2009 :

« Il présente les premiers essais, réalisés sur quelques mots et chiffres, et recommence l’expérience testée avec succès au journal Le Monde : il fait déplacer l’équipe de la RATP dans un couloir sombre du bâtiment et lui propose 2 pages format A4 : l’une composée en Helvetica, l’autre dans ce nouveau caractère qui deviendra le Parisine. L’équipe en charge de la signalétique perçoit immédiatement l’avantage du nouveau caractère et passe commande… »
Singulier (Yves Saint Laurent) - extrait de specimens, ZeCraft, 2012

Singulier (Yves Saint Laurent) – extrait de specimens, ZeCraft, 2012

La deuxième partie du livre aborde la transmission du savoir, un sujet cher à Jean-François Porchez qui, comme beaucoup de passionnés, a rapidement eu à coeur de partager ses connaissances et son savoir-faire. On y découvrira son parcours d’enseignant à l’ENSAD (succédant à Albert Boton), le programme Type@Cooper, ou encore son implication à l’ECV. Cette générosité dans la transmission du savoir est d’ailleurs un élément récurrent que l’on pourra retrouver tout au long du livre.

Nous découvrirons les créations de Typofonderie et du studio ZeCraft, plus en détails, dans une troisième partie très intéressante, accompagnée de nombreuses photographies et illustrations (planches, croquis, spécimens etc.). J’ai particulièrement apprécié les « behind the scenes » de certains caractères puisque l’on découvre l’envers du décors, l’implication des clients dans le processus de création, mais surtout un fort attachement à l’histoire et la culture typographique, toujours avec une approche du métier très qualitative. C’est d’ailleurs cette vision qui sera développée de façon plus pédagogique et didactique dans la dernière partie de l’ouvrage, intitulée « Réflexion sur le métier ». Plusieurs thèmes y sont abordés : de la mise en place d’un projet, aux techniques de production de caractères, en passant par la distribution de ces derniers.

L’excellence ne viendra pas tout seule, et ne viendra jamais des autres

Cette monographie se termine sur quelques pages réservées aux contributions des collègues et amis de Jean-François Porchez : Sumner Stone, Aaron Levin, Muriel Paris, et Karen Cheng qui nous livrent le regard qu’ils portent sur l’homme, l’ami, le collègue, et sur une carrière professionnelle très riche dont l’emprunte est dores et déjà inscrite dans la culture typographique contemporaine.

Conclusion

Comme je le disais en introduction j’ai dévoré ce livre et j’ai presque été frustré de ne pas en avoir eu plus ! Globalement, cette lecture a confirmé ce que je savais déjà, à savoir que Jean-François Porchez, par son talent, sa vision et son envie de transmettre son savoir-faire, se positionne en tête de file des designers de caractère qui incarnent cette notion d’excellence typographique française contemporaine.

Mon seul petit regret est de n’avoir pas eu plus de mise en perspective critique des travaux, puisque le contenu qui nous est proposé reste très factuel. Cela étant, j’imagine qu’il n’est jamais facile de prendre du recul sur le travail d’un contemporain et que le temps apportera probablement encore plus de consistence et de relief à cette carrière professionnelle.

Si vous vous intéressez à la typographie je vous recommande donc cet ouvrage et je vous invite biensur à aller visiter Typofonderie et ZeCraft, les 2 studios de Jean-François Porchez.

Informations

Jean-François Porchez, l’excellence typographique
ed. Atelier Perrousseaux
Ouvrage collectif avec des contributions de Karen Cheng, Aaron Levin, Muriel Paris, Sumner Stone.
Détails : 117p, bilingue FR/EN
Prix : 24.50€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge